phone icon02 588 86 53
map iconAvenue Minerve 1
1190 Forest
Vous appréciez, partagez !
René Spanoghe 02 588 86 53
Avenue Minerve 1 1190 Forest

Je me propose d'exposer dans cette rubrique des cas authentiques rencontrés dans ma pratique et qui me paraissent pas en 1 ère intention, relevés d'un traitement ostéopathique.

1er cas

Une patiente de 44 ans, victime d'un accident par traumatisme crânien suivi d'une chute sur le bassin, sur son lieu de travail fin novembre.
Victime d'un accident 1ère consultation le 11 janvier 19, cette dame est en arrêt de travail depuis l'accident et malgré un important traitement médicamenteux ,se sent après un premier essais de reprise, incapable de reprendre ses activités professionnelles. En effet, elle souffre de désorientations, de maux de tête constants,tensions dans la nuque,pertes d'équilibre, fatigues intenses difficultés de concentration et perte de mémoire.

A l'examen, elle présente une tension de la musculature sous-occipitale,d'un déséquilibre postural en latéralité et d'une douleur sacro-iliaque droite. Une palpation au niveau de la base crânienne met en évidence un blocage à hauteur des articulations de la charnière occipito-cervicale entre l'atlas et l'axis. Le 1er traitement consiste à rééquilibrer le bassin et l'articulation C1, C2 gauche par techniques fonctionnelles.

2éme visite une semaine plus tard, traitement rapproché étant donné le risque de réaction potentielle au 1er traitement. La patiente reste mal à l'aise dans l'exécution des activités quotidiennes et n'a toujours pas pu reprendre le travail. A l'examen, le trouble postural semble réduit,mais, il reste une fixation spécifique de l'articulation entre l'occiput et la 1ère vertèbre à gauche, accompagnée dune perte de mobilité entre la 5ème et la 6ème vertèbre thoracique.
Cette fois, les techniques utilisées sont dites 'structurelles" (haute vélocité, basse amplitude).
visite 3ème visite et dernier traitement, 3 semaines plus tard, la patiente a pu reprendre ses activités professionnelles.Elle ne présente plus de courbatures musculaires,mais il reste une perte de rythme de base occipitale.
Le traitement dans ce cas va constituer en une approche d'une technique douce: "crânio-sacrée".